Minoterie : le marocain Forafric rachète son concurrent Tria

jeuneafrique.com - il y a 1 année
Image article 164900  
Ces actifs viennent s’ajouter aux quatre usines détenues par Forafric (deux unités de blé dur à Safi et à Casablanca et deux unités de blé tendre à Marrakech et à Essaouira).
Dans un communiqué publié ce mercredi, Forafric, leader marocain du marché de la semoule, indique avoir pris le contrôle de son concurrent local Tria.
La création d’une unité de production au Gabon avait également été évoquée.
Il a été racheté il y a un an par le fonds d’investissement européen Ycap, dirigé par Yariv El Baz.
Champion africain Créé en 1943, Forafric est connu au Maroc pour ses marques de farine et de semoule MayMouna et Ambre.
 Consulter l'article complet
   

Articles similaires

Burkina : l’État remet en selle la Minoterie du Faso

jeuneafrique.com - il y a 2 années
Une avance qui ne refroidit pas les ambitions de la MinoFa pour qui les capacités de meunerie installées ne couvrent pas la demande.

Minoterie du FASO : L’inauguration en juin 2016

sidwaya.bf - il y a 2 années
Réconforté par la qualité des installations et le produit fini, il a annoncé l’inauguration pour le mois de juin.

Minoterie du FASO : l’inauguration en juin 2016

aib.bf - il y a 2 années
Minoterie du FASO : l’inauguration en juin 2016 17/05/201600:00 Minoterie du FASO   L’inauguration en juin 2016   La Minoterie du Faso (MINOFA) créée sur les cendres des Grands moulins du Burkina (SN-GMB), est désormais opérationnelle à 100%, du moins dans son volet production de farine de...

La minoterie du Faso : Bientôt de la farine de blé compétitive

burkina24.com - il y a 2 années
La Minoterie du Faso (MINOFA) a démarré effectivement ses activités le  12 mars 2016 sur les cendres d’une des anciennes usines du Burkina Faso, les Grands moulins du Burkina (GMB).

77 VICTIMES AUTO-DECLAREES, LE CICES FAIT LE TRI

sudonline.sn - il y a 2 années
Par ailleurs, concernant l’indemnisation des victimes, le directeur du Cices trouve qu’elle requiert certaines conditions: «On ne peut indemniser n’importe comment.