Il s’appelait Thomas Sankara

lefaso.net - il y a 3 années
Image article 45441  
"On peut tuer un homme, mais on ne peut pas tuer ses idées", était également l’une des convictions de Thomas Sankara.
Mystérieux messager au regard énigmatique, Marchant à la vitesse de ses pensées, Il n’avait pas le temps, il était pressé.
Montrant ainsi à la jeunesse et aux peuples opprimés, Que si l’on peut tuer un homme, on ne peut pas tuer ses idées.Frédéric Koulanswonthé PALÉ Université de Ouagadougou1.
"Les uns mangent, les autres regardent, ainsi naissent les révolutions", selon les propos même de Thomas Sankara.2.
Il n’a acquis de châteaux dans aucun pays du monde.Ô toi, Homme Intègre, digne fils du Burkina Faso !
 Consulter l'article complet
   

Articles similaires

Il s’appelait Thomas Sankara

lefaso.net - il y a 3 années
"On peut tuer un homme, mais on ne peut pas tuer ses idées", était également l’une des convictions de Thomas Sankara.

« Il s’appelait Isidore Noël Thomas Ouédraogo », Anatole Dao parlant de Thomas Sankara

lefaso.net - il y a 2 années
C’est-à-dire, de la 6e à la 3e, Thomas Sankara portait, à l’état civil, le nom Ouédraogo, au lieu de Sankara.

Il s’appelait Barack Obama

24haubenin.info - il y a 2 années
Et voici que le monde le fait référence et centre : ‘‘Avant lui - Après lui’’. ​Il s’appelait Barack Obama.

ASSEMBLEE NATIONALE : la nouvelle majorité s’appellera « Burkindlim »

actuburkina.com - il y a 3 années
« Burkindlim », c’est ainsi que s’appellera le groupe parlementaire se réclamant de la majorité.

Elle devait s’appeler Mar(tine) Fay(ard) Sall !, par Madiambal Diagne

leral.net - il y a 2 années
On lui reproche de recevoir des amies, des connaissances ou des personnes avec lesquelles elle souhaiterait échanger.